QuĠest-ce quĠun rebouteux ?

ossier

Le rhabilleur

 

 

 

Le toucheur

Le bailleul

 

 

 

Le renoueur

Le videur de vŽsicules

 

 

 

Le dictionnaire corrige dĠemblŽe certains malentendus par cette dŽfinition :

 

Ç celui qui remet les os bout-ˆ-bout È

 

 

 

Le rebouteux ou rebouteur est un personnage bien connu dans les campagnes pour son habiletŽ ˆ remettre en place les nerfs "froissŽs" et les tendons "qui sautent", ˆ dŽnouer les muscles, soigner les "foulures" et les articulations dŽmises voire les fractures.

 

 

Technique du sang noir pour une Žpicondylite

 

 

Ayant fait la synthse du savoir-faire dĠune douzaine de rebouteux de pays et de rŽgions diffŽrentes, je puis affirmer quĠil existe un art traditionnel du reboutement, cĠest-ˆ-dire un ensemble commun de techniques en France, en Suisse, en Europe, en Asie, en AmŽrique et en Afrique. Il nĠa pourtant pas existŽ dĠŽcoles internationales ! A prime abord, cela para”t Žtonnant.

 

 

Un rebouteux sud-amŽricain remettant une cheville

 

 

Je pense que ceci sĠexplique du fait de lĠŽpuration par les sicles des techniques qui ne marchaient pas. Il nĠy a par exemple pas plus de 10 faons efficaces de manipuler une lombaire, et aujourdĠhui, tous les thŽrapeutes manuels de souches divergentes (rebouteux, ostŽopathes, Žtiopathes, chiropraticiens, mŽdecins traditionnels chinois) sĠaccordent sur la meilleure : le Ç roll È lombaire couchŽ sur le c™tŽ.

 

 

 

 

 

Voici typiquement une manipulation ˆ 4 opŽrateurs (un rhabilleur et 3 villageois recrutŽs comme assistants) qui nĠa plus sa raison dĠtre sauf dans la brousse. Lorsque la luxation complte dĠŽpaule est fra”che, un seul opŽrateur (le rebouteux) suffit pour la rŽduire. Si elle nĠa pas ŽtŽ replacŽe dans lĠheure, cĠest aux urgences quĠelle sera rŽduite sous anesthŽsie ! JĠai appris par Dr. Bailleul (quel beau nom prŽdestinŽ !), chef de clinique du service orthopŽdique aux urgences de Lille, que la technique de rŽduction de luxation dĠŽpaule que jĠutilise Žtait une dŽrivŽe de la 3e technique dĠHippocrate dŽcrite au 5e sicle av. JC ! Cette technique mĠavait ŽtŽ transmise par un rebouteux dĠAquitaine, qui lui lĠavait reue dĠun breton. Les mŽthodes efficaces voyagent ; on ne transmet ˆ ceux quĠon apprŽcie que ce qui marcheÉ

 

 

 

 

Vous apprendrez des manipulations de la 1re dorsale plus sžres !

 

 

Renouage au genou dĠune vertbre dorsale

Il existe aujourdĠhui des techniques plus confortables !

 

 

Tout comme chaque thŽrapeute a ses faons de faire, chaque rebouteux dŽveloppe ses propres tournemains. Le rebouteux commun remet les muscles et les nerfs, et manipule de faon rudimentaire mais efficace.

LĠun peut tre plus douŽ pour remettre les vertbres (on lĠappellera renoueur), un autre pour rŽduire fractures et luxations (le rhabilleur ou lĠossier), un troisime plus rare sera renommŽ pour ses techniques viscŽrales (le videur de vŽsicules et le releveur dĠestomac

 

Le toucheur, lui, guŽrira par apposition des mains, par le fameux fluide et surtout par le biais de vieilles prires des moines-rebouteux du Haut Moyen-Age. Le faiseur de secrets (qui barre le feu, passe les verrues, ou encore coupe le sangÉ) agit de la mme faon, mais nĠest souvent pas un rebouteux (au sens littŽral : Ç qui remet / repousse È quelque chose en place).

 

Un toucheur appose les mains

 

Ainsi, certains rebouteux nĠhŽritent que de quelques secrets (il sera par exemple spŽcialiste des entorses, ou ne saura soigner que Ç le carreau È, cĠest-ˆ-dire les appendicites, etcÉ), tandis que dĠautres cumuleront plusieurs fonctions. Ces multiples facettes du terme Ç rebouteux È est lˆ lĠorigine de bien des confusions dans lĠesprit du grand public !

 

 

Aussi, et contrairement ˆ ce que lĠon imagine souvent, le rebouteux nĠest que rarement un adepte de ÒcrackingÓ. Ses manipulations articulaires sont efficaces mais grossires en comparaison avec la finesse actuelle de lĠostŽopathie structurelle. Cependant, jĠutilise avec succs et simplicitŽ bien des manipulations rebouteuses lˆ o de nombreux ostŽopathes ont ŽchouŽ. La combinaison des deux apporte plus de sŽcuritŽ pour le patient et plus dĠefficacitŽ. Les ostŽopathes, Žtiopathes et chiropraticiens que jĠai formŽ sont unanimes ˆ ce propos, constatant dans leur pratique un gain important de rŽussite et de rapiditŽ.

 

 

Un dŽbroussaillage du talon suite ˆ une entorse

Technique que les kinŽ et les physio feraient bien de conna”treÉ

Le rebouteux sait sĠadapter partout o il se trouve !

 

 

Aujourd'hui, le rebouteux nĠest plus la brute d'autrefois. L'Žcoute du patient prend une part importante, ce qui permet au-delˆ des manipulations, de donner des conseils d'hygine de vie, dĠassocier des traitements par plantes mŽdicinalesÉ

Gr‰ce ˆ un dŽveloppement extrme de son sens du toucher, ˆ un savoir-faire ŽprouvŽ et aujourdĠhui ˆ une parfaite connaissance de lĠanatomie, les rebouteux peuvent soigner efficacement toutes sortes de maux.

 

 

LĠexcellence du rebouteux rŽside davantage dans son abord profond des tissus mous (muscles, tendons, ligaments, nerfs). Il sait tout remettre en place !

 

Les gestes caractŽristiques du rebouteux sont :

 

            - le massage musculaire profond

            - les crochetages de tendons, dĠaponŽvroses, de nerfs

            - le ponage des nÏuds musculaires et la friction de points ligamentaires ou nŽvralgiques

            - les dŽgrippages et les dŽbroussaillages articulaires efficaces

            - les purges viscŽrales

            - la rŽduction des luxations fra”ches, voire des fractures simples

 

 

Le rebouteux est donc avant tout quelqu'un qui soigne par une action physique. Les rebouteux qui possdent des talents ŽnergŽtiques ou spirituels de guŽrisseurs sont une minoritŽ.

Les cours de lĠInstitut SupŽrieur de Reboutement respectent cette distinction. LĠaspect physique est omniprŽsent pendant 3 annŽes de lĠEcole des Rebouteux. Les aspects spirituels et ŽnergŽtiques sont abordŽs dans le module Çreboutement viscŽral È , mais sont enseignŽs en profondeur pendant les stages de lĠEcole des GuŽrisseurs qui amne ˆ un niveau professionnel les rebouteux, les magnŽtiseurs, et les autres qui ont du Ç fluideÈ.

 

 

 

 

 

 

Est-ce un don ?

 

 

 

Oui et non !

Chacun a des potentiels ˆ dŽvelopper, comme lĠexprime si bien la Bible :

 

Ç Chacun a reu de Dieu un don particulier

QuĠil le mette au service des autres. È

(I Pierre 4)

 

Je dirais que cĠest un art !

CĠest comme la peinture : quelques-uns sont nŽs avec, et possdent une facilitŽ dŽconcertante ; dĠautres ont un fort potentiel, mais doivent travailler pour atteindre lĠexcellence ; dĠautres encore, sans prŽdisposition particulire mais consciencieux, sĠappliqueront et deviendront avec un bon professeur de bons praticiens; enfin certains sĠacharnent dans des voies qui ne sont pas les leurs, et resteront moyens ou mme mŽdiocres.

 

A mes yeux, le plus triste est de laisser ses dons en friche, de ne pas savoir les reconna”tre, de ne pas oser sĠessayer, ou dĠavoir un beau potentiel sans trouver le ma”tre qui puisse le catalyser, mettre la personne en selle et lui Žpargner des annŽes de stagnation.

 

DŽvelopper notre don est notre responsabilitŽ.

SĠen servir est source dĠŽpanouissement et de plaisir

Une faon aisŽe dĠaimer et de servir notre prochain.

 

NĠoublions pas que ces fameux dons se sont transmis de pre en fils, de grand-mre ˆ petite-fille. Et comment donc, par lĠopŽration du Saint-Esprit ?! Dieu est certainement ˆ la source des dons parfaits, distribuant potentiels et prŽdispositions, mais le travail est nŽcessaire.  LĠapprentissage, par des annŽes dĠobservation des tournemains, de partage des trucs et astuces et des recettes de famille, a ŽtŽ et reste encore lĠŽlŽment clŽ dans la transmission des Ç dons È.

 

 

Cet apprentissage se fit trs discret au Moyen Age, au temps des inquisiteurs (1229) lorsque des familles entires de rebouteux et leur rŽsultats "magiques" furent mis sur le bžcher. Les succs inexpliquŽs sont mystifiŽs, sinon diabolisŽs. Les secrets, qui sont de simples prires adressŽes ˆ Christ ˆ la Vierge ou ˆ un saint, prennent une ombre occulte et suspecte.

Plus tard, cette transmission fut quasiment Žteinte par la jalousie de lĠOrdre des MŽdecins naissant, de mme quĠen 1966 o en France, de trs nombreux rebouteux furent amendŽs et interdits de pratique. Beaucoup ont alors arrtŽ de soigner et de transmettre, et dĠautres se sont expatriŽs.

 

De nos jours, Žtiopathes et ostŽopathes en ont rŽcupŽrŽ quelques techniques, mais une grande partie de lĠart rebouteux tombe dans lĠoubli.

CĠŽtait ma rŽvolte lorsque jĠai fondŽ lĠInstitut SupŽrieur de Reboutement en 2002. Il ne fallait pas quĠil en soit ainsi ! CĠest pourquoi jĠai mis sur pied des cours pour vous transmettre cet art, pour que la tradition du reboutement vive, pour que vous gožtiez ˆ ses merveilles, et surtout pour la multiplication du bien commun. Heureusement, depuis 2008, plusieurs autres formations ont vu le jour, alors que nous nĠŽtions que 2 ˆ enseigner cet art en France.

 

Voici la prire que jĠŽvoque souvent en dŽbut dĠannŽe aux nouveaux apprentis :

 

 

Ma prire de ma”tre rebouteux

 

 

George Bergoz, fondateur de lĠISR.

 

 

+ dĠinfo sur les cours de lĠISR :

 

MASSAGE REBOUTEUX

REBOUTAGE ARTICULAIRE

REBOUTEMENT VISCERAL

MAGNETISME & SECRET

GUERISON & ENERGETIQUE

 

 

 

Retour ˆ lĠaccueil